A PARTE
\a paʁ.te\
Masculin invariable

Extrait

« Ce soir est le grand soir mais déjà je trouve qu’il me dévore la bouche de façon étrange.

J’essaye de suivre sa mécanique.
Son corps est tendu de désir.
Mon corps est inerte, impassible sous ses doigts, impassible sous ses lèvres.

Je ne comprends pas. Je me concentre. Je vais bien finir par ressentir quelque chose.
Je caresse quand il caresse, j’enlace quand il enlace. Je suis sa mécanique. »

RESUME

Nicole est de retour dans la région.
Elle refait sa vie avec son nouvel amant, Chat.
Mais Stéphane, son mari dont elle est séparée depuis quelques mois, voit en ce retour l’occasion de la reconquérir. Il commence à la suivre à son insu.
Qu’est-on prêt à faire pour conserver sa famille ?

 

NOTE D’INTENTION

Le titre « A Parté » ouvre de manière assumée sur plusieurs niveaux de lecture et donc de significations.
Il renvoie à la convention théâtrale, selon laquelle un acteur feint de se parler à lui-même en éclairant le public sur ses motivations intérieures, les autres acteurs présents sur scène étant censés ne pas l’entendre.
Il indique la pesanteur des non-dits qui traverse les discours des personnages.
Il exprime, comme l’indique l’étymologie d’A parté, la situation des personnages qui malgré leurs chassés-croisés, vivent à part dans leurs enfermements.

Au travers de monologues, les histoires de protagonistes se jouxtent jusqu’à l’interférence.

Françoise Dô est lauréate du programme Ecritures de la Cité Internationale des Arts de Paris